En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Que deviennent-ils ?

Le centre d’enfouissement 

Les déchets non recyclables ou « déchets ultimes » sont envoyés au centre de Villenue, à MAYET pour y être enfouis.

Rien à voir avec les anciennes décharges !

Exploité par la COVED depuis juillet 2009, L’ISDND (Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux) de Villenue s’étend sur 23 hectares et a l’autorisation préfectorale d’exploiter 90 000 tonnes de déchets par an (50 000 tonnes OM, 30 000 tonnes déchets industriels, 10 000 tonnes gravats) pendant 20 ans.

Cette autorisation s’accompagne d’obligations importantes relatives à la protection des sols, la récupération des eaux de ruissellement et le traitement des lixiviats (le « jus de déchets »). Le site sera ainsi suivi durant toute son exploitation bien sûr, mais également 30 ans après la fermeture.

 

Certifié ISO 14001 et 9001, l’ISDND de Villenue propose une valorisation énergétique des déchets ménagers.

Le biogaz produit par la décomposition des ordures sert ainsi de combustible à un moteur de cogénération. L'énergie mécanique de ce moteur entraine une génératrice qui produit de l’électricité, ensuite distribuée dans le réseau ERDF. 3 000 Mégawatts, soit la consommation électrique de 2 500 foyers sont produits chaque année.

La chaleur produite par le moteur est également récupérée pour alimenter une installation d’évaporation des lixiviats, réduisant 90% de leur volume. Les lixiviats concentrés sont quant à eux réinjectés dans le massifs des déchets pour participer au processus de fermentation, et donc à la production du biogaz.

Grâce à ses performances, l’ISDND de Villenue bénéficie de la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes) la plus réduite par rapport aux autres centres d’enfouissement.

Malgré cela, une tonne d’ordures ménagères enfouies coûte à la collectivité 246,44€ (collecte + traitement + TGAP) contre 12,80€ par tonne de verre triée (collecte – revente – soutiens EcoEmballages).

C’est notamment pour cette raison économique que le SICTOM et toutes les autres collectivités promeuvent des pratiques telles que le tri ou la réduction des déchets.

TOP